Wonder Woman, un film de super-héros divertissant avec Gal Gadot

Wonder Woman est arrivé sur grand écran en 2017, balayant le box-office dans le monde entier et accompagné d’un remarquable soutien critique notable qui n’a pas hésité à le désigner comme le meilleur film de l’univers cinématographique de DC. Ce n’était pas difficile à réaliser si l’on prend en compte l’accueil glacial qu’ont reçu  » Batman v Superman  » et  » Suicide Squad « , mais aussi l’enthousiasme à son égard qui a été presque généralisé.

Le doute que certains ont eu à sa sortie de savoir si les louanges de Wonder Woman n’étaient pas un peu excessives sont désormais loin. De l’avis général de la rédac d’Urban Fusions, il est clair que Wonder Woman est un bon film et un excellent divertissement. C’est aussi la démonstration que DC peut rivaliser avec Marvel en utilisant des armes similaires. Cependant, il présente également plusieurs problèmes qui l’empêchent de devenir un véritable titre phare du cinéma de super-héros.

Plusieurs avancées dans la bonne direction

Que vous aimiez plus ou moins, l’univers DC avait montré des signes clairs d’identité. Tout était intense et dramatique, visuellement époustouflant et avec des aspirations qui avaient un plafond plus élevé que n’importe quel film Marvel. C’était aussi un titre plein d’imperfections, généralement pour avoir voulu couvrir plus que nécessaire. Cela est corrigé dans Wonder Woman.

Dès le départ, on note que Patty Jenkins mise sur un ton plus léger, d’abord avec les efforts de la protagoniste pour recevoir une formation d’amazone au cours du prologue très efficace qui sert à introduire le personnage et ensuite la mission qui est fixée. Tout au long du film, il y a un mélange évident de détermination et de naïveté que Gal Gadot utilise à merveille pour briller une fois de plus dans le rôle de Wonder Woman.

Wonder Woman - Bande Annonce Finale (VF) - Gal Gadot

D’une part, nous avons une championne de la justice qui n’a pas de réels traumatismes et qui veut simplement que la paix règne dans le monde et, d’autre part, une variante des histoires de poissons hors de l’eau où elle ne correspond pas aux normes sociales de l’époque. L’une des réussites d’Allan Heinberg est de savoir comment jouer avec cela sans jamais perdre l’équilibre nécessaire pour nous faire croire à l’histoire tout en renforçant sa nature de divertissement de masse.

De plus, Gal Gadot a une merveilleuse alchimie avec un Chris Pine éblouissant dans le rôle de son acolyte. C’est une autre des réussites de la série, car ce genre de personnages échoue habituellement beaucoup, mais ici ils ont simplement leur propre mission et leurs chemins se croisent avec celui de notre super-héroïne et restent ensemble. Dans toutes les conversations entre eux, on sent qu’ils sont connectés, aussi bien dans les plus banales que dans les plus dramatiques. Chapeau.

Tout ceci est quelque chose qui alterne également selon les besoins de l’histoire, en renforçant le sens de la camaraderie – très bien porté tout ce qui concerne le reste des personnes présentes sur la célèbre photographie – à une aventure qui ne tombe jamais dans la tentation des excès inutiles. Eh bien, pendant la bataille finale, c’est le cas, mais nous y reviendrons plus tard. Le tout est d’être léger et humoristique, mais sans détourner l’attention du danger auquel ils sont confrontés.

Le film n’a pas que des qualités

Cependant, « Wonder Woman » hérite également du problème des méchants de Marvel, avec une présence trop faible pour être imposante. Ils ne voient pas les ennemis aléatoires numéro 1 et numéro 2, mais le film sacrifie leur entité pour rendre le tout plus digeste, et lorsqu’il finit par faire un pas en avant dans cette direction, il n’est pas à la hauteur.

Si l’on se penche sur les scènes d’action du film, on constate que Patty Jenkins sait bien utiliser le ralenti pour renforcer l’épique et le dramatique et qu’il n’en sature pas. Ils sont bien répartis tout au long de l’histoire, mais il n’y a qu’une seule scène qui atteint pleinement l’impact souhaité. Lorsque Diana se jette sans crainte en première ligne, j’ai directement ressenti des frissons en voyant à quel point tout était bien exécuté. Les autres étaient bons et avec des succès occasionnels, mais sans terminer la pièce. Et c’est un peu dommage quand il y a cet autre moment qui est l’apogée de l’univers DC à ce jour.

Un autre détail qui détonne un peu est l’élément féministe, car je pense qu’il est plus important pour ce qu’il représente – il est grand temps de faire à nouveau un film mené par une super-héroïne – que pour ce qu’il est réellement. D’abord parce que le prologue tend vers une vision trop étroite – le reste des Amazones sont soit des personnages schématiques soit de simples bouche-trous – et ensuite parce que Wonder Woman est plus fixée sur l’héroïsme pur qu’autre chose, et je n’ai jamais été un grand amateur de cela.

Il est tout de même appréciable que DC n’ait pas fait l’erreur de trop s’attarder sur le sujet, car la grandiloquence du passé n’aurait fait que déséquilibrer le film, avant de le faire sombrer. Le fait est que ce qu’ils ont fini par faire est aussi quelque peu décaféiné, réduisant tout le conflit à une question de normes sociales de l’époque et à une confrontation dialectique avec le personnage de Pine.

Certains y verront une normalisation, mais dans mon cas, je trouve cela plus paresseux que souhaité, la structure même du film en tant que grand flashback renforce également ce sentiment, réduisant tout à des éléments trop basiques. L’un dans l’autre, c’est suffisant pour que cela fonctionne et c’est un premier pas dans la bonne direction. La seule chose qui manque est que ça ne reste pas comme ça et qu’il y ait d’autres films avec plus de courage.

Wonder Woman, le meilleur film DC ?

En fait, on tenait à le souligner car Patty Jenkins elle-même a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas une seule scène supprimée dans le film, indiquant clairement que c’était le film qu’elle voulait faire et qu’elle n’a pas subi de  » sabotage  » dans la salle de montage comme l’ont fait  » Batman v Superman  » ou  » Suicide Squad « . Ce dernier s’éloigne également de son ton plus léger, mais visuellement, ils ont réussi à le faire rentrer dans certaines constantes qui le maintiennent dans cet univers.

Pour l’instant,  » Wonder Woman  » est un film plus lumineux, qui soutient bien les motivations de notre super-héroïne, mais qui conserve aussi une photographie aux couleurs un peu plus ternes, surtout lorsque l’histoire progresse et que Diana quitte Themyscira et commence sa propre aventure.

À part ça, on peut souligner à propos de la mise en scène de Jenkins qu’elle n’est pas si mémorable qu’on l’attendait. Dans l’ensemble, le film est fonctionnel, il sait garder un ton cohérent mais il varie entre l’humour, l’aventure et la pointe nécessaire de drame, mais il lui manque cette audace nécessaire pour aller plus loin.

L’avis d’Urban Fusions sur Wonder Woman

En bref, on peut dire que Wonder Woman est cool, mais pas autant qu’on l’espérait après tant d’éloges. C’est peut-être pour cela que l’on a tendance à se concentrer plus que d’habitude sur les points faibles, alors qu’en réalité, on a plutôt apprécier le long-métrage avec Gal Gadot. Cependant, ce n’est pas une bonne idée de négliger ses points faibles lorsque d’autres films sont critiqués. Mieux que les films précédents de DC ? Sans aucun doute. Au niveau des meilleurs de Marvel ? Nous, on trouve pas. Et vous qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.