Kaléidoscope : une nouvelle manière de regarder vos séries

L'un des éléments les plus méconnus de la télévision en continu est la personnalisation de l'expérience.

Voir Cacher le sommaire

Dès que vous ouvrez Netflix, l’algorithme vous suggère toute une série d’émissions et de films qui correspondent à votre profil. Même la vignette qui apparaît à l’écran pour chacune de ces suggestions est modifiée en fonction de vos intérêts.

Kaleidoscope, actuellement en streaming sur Netflix, va encore plus loin dans la personnalisation avec des ordres d’épisodes randomisés individuellement, chacun racontant une partie différente d’une histoire de braquage. Inverse a demandé aux stars comment cela fonctionne, et comment cela pourrait changer la télévision telle que nous la connaissons.

De quoi parle la série ?

Kaléidoscope raconte l’histoire d’un braquage qui a duré 25 ans. Chaque téléspectateur qui sélectionne la série sur son écran verra les sept premiers épisodes dans un ordre aléatoire, jusqu’au final saisissant qui montre le braquage lui-même. Les épisodes ne pouvant être numérotés, lettrés ou dotés de quoi que ce soit pour déterminer un ordre, le scénariste et showrunner Eric Garcia a donné une couleur à chaque épisode. Ces couleurs forment un « kaléidoscope » différent pour chaque spectateur, jusqu’au final, « Blanc« .

Les épisodes ne sont pas seulement des récits d’arrière-plan – deux d’entre eux couvrent en fait des événements qui se produisent après le vol à main armée, ce qui signifie que l’histoire est vraiment non linéaire. Il s’agit d’une toute nouvelle façon de raconter une histoire, et c’est quelque chose de particulièrement excitant pour les acteurs. « Cela lance des conversations« , explique Tati Gabrielle, la star de Kaléidoscope, à Inverse. « Tout le monde va voir quelque chose sous un angle différent. Pour moi, cela offre la possibilité de perspectives nouvelles et différentes et enrichit cette conversation. » Les conversations autour du distributeur d’eau ne se limiteront pas à discuter de la fin – elles porteront sur les différences dans le voyage qui mène à cette fin.

Une réalisation complexe

La réalisation d’une série non linéaire est plus compliquée qu’on ne le pense : avec sept épisodes dans un ordre aléatoire, il y a plus de 5 000 manières possibles de regarder. Il faut donc créer autant de séries télévisées – et de récits – en même temps.

Chaque épisode doit servir d’introduction à chaque personnage et aux combats qu’il doit mener. On comprend mieux pourquoi la série est présentée comme une anthologie : chaque épisode est une histoire à part entière qui partage des personnages et une prémisse avec les autres épisodes.

« C’est plus difficile à exécuter que d’être simplement capable de couper les choses dans un ordre différent et de le transmettre au spectateur« , explique à Inverse Jai Courtney, qui joue Bob Goodwin dans Kaléidoscope. « Ce spectacle est très soigneusement, méticuleusement, conçu pour fonctionner de cette manière. Il y a beaucoup d’attention aux détails dans la façon dont les indices seront alimentés vers le bas. »

Des épisodes dans le désordre

Pour Giancarlo Esposito, connu pour son rôle dans la série Breaking Bad qui joue le cerveau du casse et protagoniste Leo Pap, le format de Kaléidoscope est une perspective à la fois excitante et intimidante. « Netflix a fait cela d’une manière très intéressante et galvanisante« , dit-il à Inverse. « Je pense que cela va forcer les scénaristes à s’améliorer dans ce qu’ils font, à réfléchir à l’ensemble de l’histoire en une seule fois, à être capable de construire tous les éléments constitutifs qu’Eric Garcia a fait si magnifiquement dans Kaléidoscope.« 

Les autres auteurs de télévision sont-ils prêts à relever le défi ? La vraie question est peut-être de savoir si le public est prêt à accepter des récits aussi volontairement éparpillés, à une époque où les émissions de télévision sont qualifiées de « films de 10 heures« . Kaléidoscope sera sûrement la seule émission de ce type, mais elle constitue assurément un excellent exemple de la façon dont sa structure unique peut être utilisée.

Réagissez à cet article